CONSERVATOIRE BOTANIQUE D’ALSACE
Sélectionner une page
Actualités Une diversité génétique à conserver pour l’œillet superbe

Contexte

Dans le cadre de la suppression du passage à niveau à Reichstett, préoccupant sur le plan sécuritaire, des mesures compensatoires concernant notamment l’œillet superbe, espèce protégée au niveau national, ont été mises en œuvprairie_oeillet_marinepouvreaure par le Département du Bas-Rhin.

Afin de mieux définir la stratégie d’intervention, de conservation et de transplantation de l’œillet superbe, Dianthus superbus L., une caractérisation génétique des populations alsaciennes a été réalisée par l’Université de Strasbourg en coopération avec le CBA. Cette caractérisation paraissait d’autant plus pertinente que l’on connait mal le mode de reproduction de l’œillet superbe qui a des habilités à la fois pour la multiplication végétative (limitant le brassage et la diversité génétique) et pour la reproduction sexuée (favorisant le brassage génétique).

L’étude devait notamment mettre en exergue :

  • L’existence de stations à grande diversité génétique qu’il convient de conserver en priorité ;
  • L’existence éventuelle d’une structuration génétique des populations dont il faudrait tenir compte lors de transferts de pieds ou de renforcements de populations.

Les résultats

Les résultats de cette étude mettent en évidence une diversité génétique notable de l’espèce en Alsace avec toutefois peu de différenciation génétique  entre les populations.

Cette homogénéité de la diversité génétique des populations témoigne d’un brassage génétique important qui ne s’expliquerait pas uniquement par la pollinisation par les insectes, permettant déjà un brassage génétique important en milieux ouvert, mais aussi par l’action de l’Homme. En effet, la dispersion des graines a sans doute été favorisée par la fauche des prairies depuis de nombreuses décennies (par exemple par dispersion involontaire de graines sur les faucheuses, par transferts de foin, ou par ensemencement des prairies avec les débris collectés en grange).

Implications pour la conservation de l’espèce

La priorité de conservation doit en conséquence être donnée à la conservation quantitative de la diversité génétique de l’espèce afin de maintenir le brassage génétique, facteur indispensable pour la survie pérenne de l’espèce.

Concrètement, cette conservation quantitative se traduit par

  • la conservation des prairies abritant les plus grandes populations (où le brassage génétique est le plus probable) ;
  • la mise en place de pratiques agricoles favorables à l’installation de l’espèce (absence de fertilisation et des fauches estivales espacées de deux à trois mois) sur des parcelles bien interconnectées.

Mis en orbite par iouston | Avec la complicité de Yann Cartaut

94826a2cb4c7ff865f084e6f6c38215aGGGGGGGGGGGGGGG